La Cybernétique

Norbert Wiener, mathématicien, est considéré comme le fondateur de la cybernétique depuis la parution en 1948 de son livre Cybernetics or Control and Communication in the Animal and the Machine au travers duquel il popularisera le terme de cybernétique.

Wiener définit la cybernétique comme une science qui étudie exclusivement les communications et leurs régulations dans les systèmes naturels et artificiels.


Norbert Wiener - Wiener Today (1981) - Blackbox
La cybernétique a été une source d'inspiration pour le développement d'autres disciplines telles que les sciences cognitives, de l'intelligence artificielle, des thérapies systémiques de l'école de Palo Alto, ou encore des théories biologiques de l'auto-organisation.

Définie comme « la science des analogies maîtrisées entre organismes et machines » le terme cybernétique partage son étymologie avec le terme grec kubernêtikê, de kubernân, gouverner.

Mais c'est en 1834 que le terme cybernétique est apparue sous la plume d'André-Marie Ampère dans la classification des sciences pour désigner « la science du gouvernement des hommes » [1].

Elle est définie dans le Wiktionnaire comme "Science des systèmes complexes qui s’intéresse aux interactions entre les parties, leurs relations fonctionnellesmécanismes de contrôle, pour développer une méthode d’analyse et de synthèse, applicable en biologie, économie, informatique, etc." [2].

La cybernétique est largement inspirée des principes logiques développés durant l'Antiquité et des modèles de causalité circulaire.

C'est entre 1942 et 1953 que les conférences Macy vont développer une science générale du fonctionnement de l'esprit et étudier les modèles de comportements et d'oganisation.

Les conférences Macy étaient des conférences organisées à New York par la fondation Macy composée de diverses disciplines scientifiques, tant des sciences exactes que des sciences humaines, qui avaient pour objectif "d'édifier une science générale du fonctionnement de l'esprit. Elles furent notamment à l'origine du courant cybernétique, des sciences cognitives et des sciences de l'information." [3].

D'aucun considère que les conférences Macy cherchaient principalement à établir une nouvelle forme de gouvernance basée "sur une théorie des systèmes et des modèles cybernétiques grâce auxquels tous les domaines de la science, de la culture et de la politique pourront être contrôlés et dirigés.". (https://www.dailymotion.com/video/xdvnx8)


Nouvel ordre mondial - Conférence Macy - Extrait de THE NET (LA TOILE) "Voyage en cybernétique" - ARTE

En 1950, "Wiener popularise les implications sociales de la cybernétique, en figurant l'analogie entre les systèmes automatiques et les institutions humaines dans son best-seller Cybernétique et société, sous-titré De l'usage humain des êtres humains." [1].

Pour Weiner, la cybernétique étudie l'information, sa structure et sa fonction dans les interactions systémiques, en ce sens, elle est la "science générale de la régulation et des communications dans les systèmes naturels et artificiels.".  Elle est "un moyen d'expliquer et de comprendre tous les mécanismes rencontrés avec quelques briques logiques simples (boîte noire, émetteur, récepteur, flux d'information, rétroaction)." [1].

Le mouvement cybernétique se divisera en plusieures branches, étudiant les simulations cognitives, l'intelligence artificielle, les systèmes auto-organisateurs, l’homéostasie (le maintien d'un équilibre), la morphogenèse (l'émergence d'un équilibre).

La cybernétique peut être "le moyen d'organiser les échanges pour les rendre efficaces, et poussée à l'extrême le moyen de contrôler plus efficacement." [1].

La cybernétique, en tant que moyen d'accès à la connaissance est souvent confondue avec un moyen de contrôle (contrôle de la personne humaine, manipulation des masses). Cette polémique voit sans doute son origine "dans le titre de l'ouvrage de Norbert Wiener de 1950 Cybernetics and Society, The Human Use of Human Beings (cybernétique et société, l'usage humain de l'être humain)." [1].

La cybernétique a permis le développement des premiers modèles de neurones formels (intelligence artificielle, neuroscience), d'Internet, de la Systémique, du Constructivisme radical, des Sciences de l'information et de la communication, de l'automatique, la Robotique, l'Écologie, etc.

Dans les sciences sociales, c'est Gregory Bateson (école de Palo-Alto) qui y diffusera, en parallèle au conférence de Macy, le courant de pensée de la cybernétique. Il mettra en évidence le fait qu'un construit organisé (organisation, machine, société, etc.) ne peut s'envisager qu'en tenant compte des contraintes exercées par le contexte et l'environnement. En effet, dans une explication cybernétique, les contraintes du système favorisent l'émergence de réponses appropriées si elles veulent être durables. Et que "des effets identiques peuvent avoir des causes différentes", ainsi que "des causes identiques peuvent produire des effets différents" [1].

Quand à Ludwig von Bertalanffy, ses travaux permettront le développement de l'approche systémique (analyse systémique), champ interdisciplinaire dont l'étude est de considérer l'objet d'étude dans toute sa complexité. "Pour tenter d'appréhender cet objet d'étude dans son environnement, dans son fonctionnement, dans ses mécanismes, dans ce qui n'apparait pas en faisant la somme de ses parties" [4].

Les Sciences cognitives verront quand à elles le jour peu après les conférences Macy, en 1956. Cette discipline scientifique a pour objet "la description, l'explication, et le cas échéant la simulation des mécanismes de la pensée humaine, animale ou artificielle, et plus généralement de tout système complexe de traitement de l'information capable d'acquérir, conserver, utiliser et transmettre des connaissances." [5]. Cette discipline rassemble notamment les neurosciences, la psychologie cognitive, l'intelligence artificielle. Elle fut financée à ses débuts par la recherche militaire et le DARPA [5].

La Science-fiction et les médias populariseront la cybernétique notamment au travers des cyborgs ("cybernetic-organisme") et des robots sous l'influence des travaux d'Isaac Asimov.


Grey Walter's tortoises - skitterbot

Isaac Asimov proposera 3 lois de la robotiques :
  • Première Loi : « Un robot ne peut porter atteinte à un être humain ni, restant passif, laisser cet être humain exposé au danger. » ;
  • Deuxième Loi : « Un robot doit obéir aux ordres donnés par les êtres humains, sauf si de tels ordres sont en contradiction avec la Première Loi. » ;
  • Troisième Loi : « Un robot doit protéger son existence dans la mesure où cette protection n'entre pas en contradiction avec la Première ou la Deuxième Loi. »
Auxquelles s'ajoutera une Loi Zéro, qui précise "qu'un robot ne peut porter atteinte à l'humanité dans son ensemble, même pour protéger un être humain : Un robot ne peut ni nuire à l'humanité ni, restant passif, permettre que l'humanité souffre d'un mal." [6].

Du développement de la cybernétique et de ses imaginaires naîtront toute une série de créations et de mouvances culturelles au travers de la cyberculture, terme "qui désigne à la fois un certain nombre de productions culturelles et un nouveau rapport à la culture en général" qui présentent un lien avec les technologies de l'information [7].



[Albert Ducrocq : la cybernétique, 1ère partie] - Radiodiffusion Télévision Française


[Albert Ducrocq : la cybernétique, 2ème partie] - Radiodiffusion Télévision Française


[1] Wikipédia, "Cybernétique", https://fr.wikipedia.org/wiki/Cybernétique
[2] Wiktionnaire, "Cybernétique", https://fr.wiktionary.org/wiki/Cybernétique
[3] Wikipédia, "Conférences Macy", https://fr.wikipedia.org/wiki/Conférences_Macy
[4] Wikipédia, "Approche systémique", https://fr.wikipedia.org/wiki/Approche_systémique
[5] Wikipédia, "Sciences cognitives", https://fr.wikipedia.org/wiki/Sciences_cognitives
[6] Wikipédia, "Isaac Asimov", https://fr.wikipedia.org/wiki/Isaac_Asimov
[7] Wikipédia, "Cyberculture", https://fr.wikipedia.org/wiki/Cyberculture



Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International


Retour




Les associations et Asbl (association sans but lucratif) sur Social Square



Bienvenue sur Cybersociety
Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre visite, vous acceptez leur utilisation.
Accepter
Refuser
Fermer